cycle de formation 2022

cycle de formation 2022

fabrication de ruches en paille

En Deux-Sèvres, à Xaintray (79220) Les 19 et 20 février 2022
Formateur : Thierry Bordage

Programme et bulletin d’inscription ici

http://apicultureetbiodynamie.fr/wp-content/uploads/2021/12/ruche-paille-22.pdf

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est g.jpg.
essaim naturel deux mois après la mise en ruche

approche sensible du peuple des abeilles

En Deux-Sèvres, à Xaintray (79220) Les 19 et 20 février 2022
Formateur : Thierry Bordage

Programme et bulletin d’inscription ici

http://apicultureetbiodynamie.fr/wp-content/uploads/2021/12/cycle-api-22.pdf

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est viorne-langue-1024x683.jpg.

Les inscriptions se font désormais en ligne sur le site du MABD https://app.bio-dynamie.org/formations contacter Thierry Tricot 06 11 61 98 42 t.tricot@biodynamie.org

Dans notre rucher cette nous avons subit les aléas climatiques , l’essaimage n’a jamais été aussi important et la récolte de printemps quasi nulle. Pourtant les essaims primaires sont très vigoureux et les secondaires se développent lentement . Il n’y a pourtant que peu de réserves notre environnement offre pourtant des prairies fleuries et des haies encore intactes, nous devons compter sur la ronce et le lierre à l’automne.

Nous voyons là que l’apiculture intensive même biologique s’est trouvé face à des incohérences et doit se remettre en cause. Certains apiculteurs ont du acheter des tonnes de sirop pour sauver les colonies et les essaims artificiels pour être en capacité de faire des récoltes, improbables cette année, mais ces essaims seront faibles, pourrons ils être assez résistants face au varroa et à ses conséquences, au frelon asiatique à l’automne etc.

Il existe une vitalité dans un environnement propice; les haies petits bois et cultures mellifères ( semées par les sociétés de chasse) permettent aux abeilles de trouver de quoi survivre mais pas de produire plus. D’autre part nous avons constaté que presque chaque colonie avait hébergé des fourmis et que le varroa était très peu présent

Les commentaires sont clos.