L’essaimage naturel

L’essaimage naturel

un essaim posé au sol et épuisé sera sauvé

Quand la saison de l’essaimage débute chaque jour de nouveaux essaims sortent des ruches. C’est l’affolement au rucher car en même temps les colonies remplissent les hausses de miel. Chaque colonie qui se prépare à essaimer élève plus d’ouvrières ainsi que des mâles,de façon à ce que les essaims soient forts et qu’il reste assez d’abeilles dans la ruche avant la naissance de la jeune reine. C’est la fièvre d’essaimage.

Qu’est-ce que l’essaimage?

L’essaimage est la méthode de reproduction naturelle des colonies d’abeilles mellifères. Quand la ponte de la reine commence à être moins importante, la colonie décide de la changer avant qu’il ne soit trop tard. Elle commence à construire des cellules rondes destinée uniquement à l’élevage des reines, car les ouvrières et les mâles sont élevés dans des cellules hexagonales.

cellule de reine

Les reines sont généralement élevées au printemps quand il y a assez de ressources de pollen et de nectar à disposition dans un environnement proche( moins de trois km).

Le processus d’essaimage

Le processus d’essaimage débute peu de temps après le réveil de la colonie entre mars et avril dans les régions tempérées, un mois plus tard à l’Est et parfois en janvier dans le sud de la France.

deux beaux essaims

Les colonies suivent la montée du Soleil et l’augmentation de la température au printemps mais ce qui déclenche le processus est principalement lié aux ressources polliniques et de nectar. C’est ce qui favorise l’essaimage dans les régions de culture de colza et qui dérange les apiculteurs professionnels, car en même temps les colonies engrangent le nectar et essaiment.

Les manuels d’apicultures préconisent d’empêcher le processus en enlevant la reine ou en divisant la colonie qui a déjà construit les premières cellules de reine. D’autres plus radicaux conseil de tuer la vieille reine et de réintroduire une jeune reine quelques temps après.

Ces pratiques ne respectent pas la biologie des colonies et augmentent le stress de celle-ci en favorisant le développement du varroa.

Est-il possible d’empêcher l’essaimage?

Tout est possible en apiculture et c’est bien ce qui pose un grave problème pour l’avenir des abeilles. Depuis toujours l’homme cherche à maîtriser ce qui lui échappe soit parce qu’il ne comprend l’importance du phénomène de l’essaimage pour la santé des abeilles ou simplement par besoin de tout gérer et de chercher un profit immédiat. Si l’on regarde une colonie qui va essaimer il y a en même temps la crainte de perdre ses abeilles et une bonne reine mais peut-être, sans se l’avouer vraiment, que l’on s’est attaché à une colonie et que nous avons avons la sensation qu’elle nous abandonne pour aller voir ailleurs et parfois aussi qu’elle va profiter à quelqu’un d’autre! Alors dans les manuels d’apiculture on peut lire qu’un bon apiculteur ne laisse pas partir le fruit de son travail mais qu’il va tout garder en enlevant après que la colonie ait commencé à élever des cellules de reines, la vieille reine avant qu’elle s’en aille. Quelle influence cela a pour la dynamique de cet organisme?

la joie de trouver un nouveau logement

Un essaim vient d’être mis dans une ruche ronde en bois à 16 côtés

Pourquoi le processus d’essaimage est bénéfique pour la santé des colonies?

Les commentaires sont clos.