joyeux essaimage

joyeux essaimage

L’essaimage est le mode de reproduction des colonies d’abeilles mellifères. Aucune autre espèce animal ne se reproduit de cette façon. A l’image de la reproduction des végétaux, où la vraie fécondation est le moment où la graine rencontre la terre.(extrait de « L’homme dans son rapport avec les animaux et les esprits des éléments. » Conférence faites à Dornach du 10 octobre au 11 novembre 1923), il y a chez l’Abeille une fécondation avec l’astre solaire.

Les colonies ne se reproduisent pas par la rencontre de deux éléments, mâle et femelle mais par la division d’un organisme, à l’image des cellules. Cet organisme le moment venu décide de se régénérer, c’est le processus d’essaimage. Par une belle journée ensoleillée de mai ou juin entre 11h00 et 13h00 solaire, la moitié de la colonie sort de la ruche avec la vieille reine. Après quelques instant des milliers d’abeilles se regroupent autour de la reine formant une boule sombre posée sur une branche.

en mai, peu avant midi un essaim vient se loger dans une ruche ronde…. les abeilles battent le rappel…une odeur de géranium et de lys embaume l’espace.

essaim arrivant dans une ruche

L’essaim attend de trouver une autre demeure pour continuer son chemin. Dans la ruche une semaine plus tard une reine va naître, un autre organisme se sera ainsi constitué. Ce processus a permis à l’Abeille de coloniser tous les continents, invitant de cette façon l’Homme à la suivre ou le suivant dans ses déplacement, depuis des millénaires.

Elle a su ainsi s’adapter au changement de climat à la diversité des paysages et des sources de butinage. Après sa domestication et les débuts de l’apiculture, l’homme a cherché à comprendre ce qui générait l’essaimage, les réponses restent souvent mécanique ou anthropomorphique. Rudolf Steiner nous rappel que l’Abeille est un être d’origine Solaire et que tout chez elle unit « L’être de l’Abeille » au Soleil.

Le processus d’essaimage.

Premiers signes visibles Construction de cellules de mâles. Couvain important. Construction de cire désordonnées. Abeilles agitées et hyperactives. Premières cellules de reines visibles.

Lors de la visite de printemps, nous avons pu observer que certaines colonies s’étaient beaucoup plus développées que d’autres, avec un couvain sur presque 8 cadres. Ce sont les reines, nées au printemps qui entament leur deuxième année de ponte et parfois la troisième année si elle sont nées en automne, qui seront remplacées. L’organisme anticipe la baisse de la ponte s’engage alors dans le processus d’essaimage. La « vieille reine » a encore la possibilité de pondre mais son maximum culminera ce printemps.

Les colonies commencent par construire des cellules de mâles bien avant les autres ce sera un premier signe. Ensuite les constructions de cire deviennent anarchiques et désordonnées alors que tout était régulier et harmonieux, le couvain augmente rapidement nous pouvons observer des abeilles hyperactives et ressentir en écoutant le chant de la colonie qu’il y a une tension, un sentiment d’urgence presque et lors des visites les abeilles ne semblent pas nous remarquer.

Nous sommes en pleine « fièvre d’essaimage ». La température augmente du fait d’un grand nombre d’ouvrières et de mâles puis un jour des ébauches de cellules de reine apparaissent.

Les commentaires sont clos.