le pollen c’est la vie

le pollen c’est la vie

La qualité et la quantité de pollen disponible dans l’environnement déterminera la vitalité des colonies d’abeilles mellifères et des insectes pollinisateurs.

Génie ailé bénisseur recueillant du pollen d’un dattier, palais royal de Dur-Sharrukin.
Le pollen et son rôle fertilisateur est connu dès l’Antiquité comme en témoignent les gravures sur pierre du palais assyrien d’Assurbanipal.

Le pollen est aussi l’unique source de protéine végétale des abeilles mellifères. Les ouvrières le récolte puis le mettent dans des cellules où il va subir une fermentation et deviendra « le pain d’abeille ». Il servira ensuite à préparer l’alimentation du couvain.

récolte sur un merisier

Alchimie du pollen

Pendant la récolte la butineuse agglomère les grains de pollen avec du nectar qu’elle a emporté dans son jabot, elle le rapporte ensuite en pelotes à la ruche et le stocke dans des cellules en le tassant avec sa tête.

pollen autour du couvain

Le processus de transformation du pollen en pain d’abeilles se fait en trois étapes.

Lors de la première étape, les micro-organismes consomment la réserve d’oxygène présente dans le pollen La consommation de l’oxygène mène à l’asphyxie et à la disparition de ces organismes.

coupe d’une cellule de pollen

Lors de la deuxième étape, en l’absence d’oxygène, se développent les bactéries de type Lactobacillus, qui utilisent les glucides en tant que source d’oxygène et qui produisent de l’acide lactique. La concentration d’acide lactique augmente progressivement jusqu’à environ 3 %, ce qui a pour effet de diminuer le pH de la composition et qui contribue à la stérilisation du pain d’abeilles.

La troisième étape correspond à la croissance aérobie des levures du genre Saccharomyces, qui utilisent les restes de glucides, produisent la fermentation du pollen et finalisent sa transformation en pain d’abeilles

Pour notre santé nous pouvons consommer du pollen ayant subit cette transformation car il est plus digeste et contient des oligo-éléments et c’est aussi une source de protéines non animale.

Les commentaires sont clos.